Bali Painting

Le Style Keliki

A 15 minutes d’Ubud, capitale des Arts de Bali, se trouve le petit village de Keliki qui génère et concentre les peintres du « Style Keliki« . Les écoles dites « d’Ubud » à Bali ainsi que l’école de Yogjakarta à Java sont les deux grands centres de la peinture traditionnelle en Indonésie.
Le “Style Keliki” est un des genres de la miniature traditionnelle balinaise et désigne cet art qui remonte à des temps anciens et que la tradition orale a continué de perpétuer jusqu’à nos jours. L’école de Keliki hérite de l’ancienne école de Batuan mais a su quant à elle, conserver les règles de l’authenticité première alors que l’école de Batuan, de par sa situation proche des lieux touristiques, a souvent fini par céder à l’influence de la peinture contemporaine dite abstraite.
L’art à Bali possède une fonction sacrale et pour un peintre-paysan de Keliki, peindre une Sarasvati (déesse de la Connaissance, de la Parole et des Arts) ou un Rama et Sita a toujours relevé d’un acte rituel, d’une sorte de méditation artistique : on se doit d’honorer les Dieux en les imitant pour créer de la beauté.
Les thèmes sont :
–  soit d’inspiration religieuse (personnages du panthéon hindouiste, du Ramayana et du Mahabharata)
–  soit des figures issues des danses rituelles du théâtre et de l’opéra de cour (Barong, Baris, Legong, Kecak …)
–  soit liés à la description de la nature (récolte du riz, paysages d’oiseaux et de hérons …)
–  soit plus rarement d’inspiration libre (portraits, scènes de grenouilles anthropomorphes, etc).
 
Les techniques modernes qu’apportèrent les nombreux peintres occidentaux dès 1920 aux alentours d’Ubud (Walter Spiess, Adrien Jean Le Mayeur, Willem Gerard Hofker, Miguel Covarrubias, Arie Smit, etc.. ) renouvelèrent la technique du graphisme et diversifièrent le matériau sans que les peintres balinais ne se détournent de la tradition et de ses thèmes de représentation.

Dans le Style Keliki, les peintures sont réalisées sur papier cartonné (type Canson) aux encres de Chine et aux couleurs acryliques. Le stylet est taillé très finement en biseau à partir d’une petite branche de cocotier, une autre entaille créera une poche contenant l’encre de Chine (on voit de plus en plus apparaitre les pointes de type Rotring).

Les ombrages sont réalisés au pinceau et à l’encre de Chine tandis que les aplats et dégradés sont réalisés au pinceau et
à l’acrylique.